Email not displaying correctly? View it in your browser.
Si ce courriel ne s’affiche pas bien, consultez-le avec votre navigateur.
Office of the Liberal Leader - Bureau du chef libéral

[LE FRANÇAIS SUIT L'ANGLAIS]

For Immediate Release
May 5, 2010

Just the Facts:

Who else have the Conservatives told to “shut the f--- up?”

In a free and open democracy, transparency and accountability should be the hallmarks of government.  Yet in the Conservative culture of intimidation and deceit, anyone with damaging information or a contrary opinion to the Harper Conservatives is told to “shut the f--- up” if they don’t want to suffer the consequences.  Here are just some examples:

1.    Lisa Raitt and Christian Paradis.  The former and current Ministers of Natural Resources –responsible for the majority of government’s green energy funding – will not testify before a House of Commons committee regarding their involvement in the Jaffer affair.  Mr. Jaffer’s associate, Patrick Glemaud, worked closely with Natural Resources as a civil servant before he took up a career as a green energy funding lobbyist.  Did the Prime Minister’s Office tell them not to testify?  What do Ministers Raitt and Paradis have to hide?

2.    Women’s groups and KAIROS.  Over a dozen women’s groups, with a long history of providing aid to women in Canada and the developing world, have had their funding cut.  This comes right after they were told to “shut the f--- up” by a Conservative Senator if they wanted to keep their funding by not protesting Stephen Harper’s decision to change Canada’s reproductive maternal health policy.  Likewise, the Conservatives cut funding to the church-run charity KAIROS for speaking out against Conservative polices on climate change.

3.    Police.  The Conservatives tried to block police associations who support the gun registry from testifying at committee hearings regarding the Hoeppner bill.  Meanwhile, Garry Breitkreuz, the Conservative MP who chairs the House of Commons Public Safety Committee, tried to intimidate police chiefs by accusing them of corruption and calling them “a cult” after they announced their decision to support the gun registry that they access 11,000 times a day to protect officer safety.

4.    Communications and Access to Information officials.  Minister Diane Finley testified yesterday that her staff reviews all media responses from her ministry, and admitted that they changed responses on 51 occasions in the last 6 months. She was called to committee after one of her aides, Ryan Sparrow, ordered communications officials to tell media that they did not know the cost of a $5 million Olympic TV ad campaign – when they in fact did know that information.  Meanwhile, Conservative MPs voted to prevent Conservative staffer Sebastien Togneri from testifying at the Ethics Committee.  As an aide to Public Works Minister Christian Paradis, Mr. Togneri ordered ATIP officials to “unrelease” a report that documented wasteful real estate spending.

5.    The Parliamentary Budget Office.  The Conservatives continue to starve the PBO of the information needed to do its job in the wake of studies showing consistently unreliable government deficit and growth projections that mask gross mismanagement of public finances.  Canadians anxiously awaits their study on the costs of the Conservative crime strategy, with unconfirmed reports pegging it in the neighbourhood of $10 billion annually.

6.    The Military Police Complaints Commission.  In response to the MPCC’s request for document disclosure, a justice department lawyer said they’d get the documents “when they are good and ready,” and refused to even give a date for when specific documents would be provided regarding the government’s role in the torture of Afghan detainees.

7.    Scientists.  In keeping with the Harper government’s policy of climate change denial, the Conservatives recently cut funding to the Canadian Foundation for Climate and Atmospheric Sciences.  In 2006, Dr. Mark Tushingham, an Environment Canada scientist, was told by the office of then-Environment Minister's Rona Ambrose not to give a speech in Ottawa about his book, “Hotter than Hell” — a futuristic account of Canada and the U.S. at war over water resources in a world of global warming.  In 2007, Environment Canada created rules to require department scientists to get government permission and approval on responses to news media questions about climate change.

8.    Watchdogs Peter Tinsley, Linda Keen and Paul Kennedy.  The former heads of the Military Police Complaints Commission, the Canadian Nuclear Safety Commission, and the Commission of Public Complaints Against the RCMP, respectively, were all fired for doing their job: speaking out against government abuses.

9.    Rights and Democracy and the Canadian Wheat Board.  Staff and board members of both organizations who objected to Conservative interventions were slapped with gag orders and then fired.

10.    Parliament.  When the questions got too tough for Stephen Harper, he told Canada’s elected representatives to “shut the f--- up” by proroguing Parliament so he wouldn’t have to account for his government’s role in the Afghan detainee torture scandal.

-30-

Contact:

Press Office
Office of the Leader of the Opposition
613-996-6740
 



Pour diffusion immédiate
Le 5 mai 2010

Rien que les faits :

À qui d’autre les conservateurs ont-ils dit de « se fermer la gueule ? »

Dans un pays libre et démocratique, la transparence et la responsabilité devraient figurer au nombre des qualités d’un gouvernement. Pourtant, dans la culture de l’intimidation et de la tromperie qu’entretiennent les conservateurs, tous ceux qui ont des opinions contraires à celles du gouvernement ou qui détiennent de l’information compromettante pour les conservateurs de Stephen Harper sont sommés de « se fermer la gueule » sous peine d’en subir les conséquences. Voici quelques exemples :

1.    Lisa Raitt et Christian Paradis. L’actuel ministre et l’ancienne ministre des Ressources naturelles – principaux gestionnaires du fonds gouvernemental pour l’énergie verte – refusent de témoigner devant la Chambre des communes au sujet de leur implication dans l’affaire Jaffer. L’associé de M. Jaffer, Patrick Glémaud, a collaboré étroitement avec le ministère des Ressources naturelles en tant que fonctionnaire avant d’entreprendre une carrière de lobbyiste dans le domaine du financement des sources d’énergie vertes. Le Premier ministre a-t-il enjoint ses ministres de ne pas témoigner ? Qu’est-ce que les ministres Raitt et Paradis ont à cacher ?

2.    Les groupes de femmes et KAIROS. Plus d’une douzaine de groupes de femmes qui, depuis longtemps, fournissent une aide aux femmes du Canada et des pays en développement se sont vu couper les vivres. Cette baisse soudaine de leur financement arrive tout juste après qu’une sénatrice conservatrice leur eut dit de « se fermer la gueule » et de ne pas s’opposer à la décision de Stephen Harper de modifier la politique canadienne en matière de reproduction et de santé des mères s’ils voulaient continuer à recevoir des fonds. Dans le même ordre d’idées, les conservateurs ont sabré le financement de l’organisme confessionnel de bienfaisance KAIROS pour le punir d’avoir manifesté son désaccord avec la politique conservatrice en matière de changements climatiques.

3.    La police. Les conservateurs ont essayé d’empêcher les associations de policiers qui appuient le registre des armes à feu de témoigner devant le comité compétent au sujet du projet de loi Hoeppner. Entre-temps, Garry Breitkreuz, le député conservateur qui préside le Comité permanent de la sécurité publique de Chambre des communes, a tenté d'intimider les chefs de police en les accusant de corruption et en les qualifiant de « secte » après qu’ils eurent annoncé leur décision d’appuyer le registre des armes à feu, qu’ils consultent 11 000 fois par jour pour protéger les policiers.

4.    Les fonctionnaires des communications et des services d’accès à l’information. La ministre Diane Finley a déclaré hier que son personnel avait examiné toutes les réponses de son ministère aux journalistes, et a admis que ces réponses avaient été modifiées à 51 reprises au cours des 6 derniers mois. Elle a été appelée devant le Comité après que l’un de ses adjoints, Ryan Sparrow, eut ordonné aux fonctionnaires des communications de déclarer aux journalistes qu'ils ne connaissaient pas le coût de la campagne télévisée de 5 millions de dollars sur les Jeux olympiques. Or, ils en connaissaient le coût. Au même moment, les députés conservateurs ont voté pour empêcher Sébastien Togneri, un membre du personnel conservateur, de témoigner devant le Comité permanent de l’éthique. En tant que collaborateur de Christian Paradis, le ministre des Travaux publics, M. Togneri a exigé que des fonctionnaires des services d’accès à l’information « dépublient » un document qui mettait en évidence des dépenses inconsidérées pour des biens immobiliers de l’État.

5.    Le directeur parlementaire du budget. Les conservateurs s’obstinent à ne pas fournir au directeur parlementaire du budget les informations dont il a besoin pour faire son travail, suite à des études montrant l’imprévisibilité d’un déficit et des projections de croissance qui dissimulent une très mauvaise gestion des finances publiques. Les Canadiens attendent avec impatience l’étude sur les coûts de la stratégie des conservateurs en matière de criminalité, alors que des informations non confirmées chiffrent celle-ci à environ 10 milliards de dollars par an.

6.    La Commission d’examen des plaintes concernant la police militaire. En réponse à la demande de communication de documents que la CPPM lui a présentée, un avocat du ministère de la Justice a dit que la Commission obtiendrait les documents « quand ils seront fin prêts », et il a même refusé d’indiquer la date à laquelle seraient fournis certains documents particuliers concernant le rôle du gouvernement dans la torture de détenus afghans.  

7.    Les scientifiques.  Le gouvernement Harper continue à nier le problème des changements climatiques. En effet, les conservateurs ont récemment coupé les fonds destinés à la Fondation canadienne pour les sciences du climat et de l’atmosphère. En 2006, le bureau de Rona Ambrose, qui était alors ministre de l’Environnement, a enjoint M. Mark Tushingham, scientifique du ministère fédéral de l’Environnement, de ne pas prononcer d’allocution à Ottawa au sujet de son livre, intitulé « Hotter than Hell », œuvre de fiction qui traite de la guerre que se livrent le Canada et les États-Unis pour s’assurer le contrôle des ressources hydriques dans un monde menacé par les changements climatiques. En 2007, le ministère fédéral de l’Environnement a adopté des règles exigeant que les scientifiques du ministère obtiennent auprès du gouvernement l’autorisation de répondre aux questions des médias sur les changements climatiques et fassent également approuver leurs réponses.

8.    Peter Tinsley, Linda Keen et Paul Kennedy démis de leurs fonctions. Ces anciens dirigeants des organismes de surveillance que sont la Commission d’examen des plaintes concernant la police militaire, la Commission canadienne de sûreté nucléaire et la Commission des plaintes du public contre la GRC, respectivement, ont tous été démis de leurs fonctions parce qu’ils faisaient trop bien leur travail en soulignant les abus auxquels se livre le gouvernement.

9.    L’organisme Droits et Démocratie et la Commission canadienne du blé. Le personnel et les membres du conseil d’administration de ces deux organismes, qui se sont opposés à l’ingérence du gouvernement conservateur, se sont vu imposer la consigne du silence, puis ont tout simplement été congédiés.

10.    Le Parlement. Lorsque les questions que lui ont posées les représentants élus du Canada sont devenues trop difficiles pour lui, Stephen Harper leur a dit de « se fermer la gueule » en fermant le Parlement, de façon à éviter de devoir rendre des comptes quant au rôle joué par son gouvernement dans le scandale de la torture des détenus afghans.

-30-

Renseignements :

Service de presse
Cabinet du chef de l’Opposition
613-996-6740
System administered by LPC / Système administré par le PLC
Liberal Party of Canada
350 Albert St Suite 920
Ottawa, ON K1P 6M8


Sent to / envoyé à : AZerbisias@thestar.ca  Unsubscribe/Désabonnement | Forward to a friend/Envoyer à un ami | Update profile/Mise-à-jour du profil