Copy
Lire la lettre de Philosophie magazine dans votre navigateur ⎈
✖︎ Ne plus la recevoir
➤ À ne pas manquer sur    LE FIL    de Philomag.com : Le scandale des Ehpad ✚ Pologne : une loi qui tue ✚ Qui veut déconstruire la déconstruction ?

Bonjour,

Je n’ai jamais trop aimé qu’on me demande ce que je “fais dans la vie”. En soirée, lorsque la question fatidique “Et toi, tu bosses dans quoi ?” s’immisce dans la conversation, l’échange me paraît toujours mal embarqué. J’anticipe les questions raplala, les relances de courtoisie, les hochements de tête gênés… En général, je me prête au jeu une dizaine de minutes puis je tente une diversion, trouvant un élément du décor insolite à commenter ou tout autre sujet qui pourrait me donner l’impression de sortir de moi. Et je suis persuadée que la personne en face, soudain extraite de ce bourbier par ma pudique névrose, me remercie secrètement.

J’ai récemment découvert une façon plus ludique de briser la glace avec un(e) inconnu(e) : lui demander ce qu’il ou elle boycotte. J’ai l’impression que la personne en dit alors plus sur elle que si elle m’expliquait finir une thèse de sociologie ou se reconvertir dans le vin nature – le genre de profil que je suis le plus susceptible de rencontrer, Dieu me pardonne. De mon côté, j’ai évidemment mes réponses toutes prêtes en cas de relance enthousiaste. Pour vous donner une idée, je boycotte la fondation Vuitton (pour ne pas enrichir un peu plus Bernard Arnault) ; les cordons-bleus de supermarché (dont le jambon et le poulet sont issus de l’élevage intensif) ; les films qui mettent en scène des histoires d’amour entre des hommes âgés et des femmes très jeunes (parce qu’on ne voit que ça depuis cent ans et qu’il s’agirait de changer). La liste est longue, joyeuse et bigarrée.

Pourquoi préférer connaître quelqu’un à travers ce qu’il ne fait pas, plutôt que ce qu’il fait ? D’ordinaire, on définit un être ou une chose par ses attributs positifs : on dit qu’une table a quatre pieds, et non pas qu’elle a “non-trois” ou “non-cinq” pieds. Pourtant, il me semble que définir une chose en négatif permet parfois de l’appréhender de manière plus juste. C’est aussi ce que pensent les partisans de ce qu’on appelle la “théologie négative”, comme Denys l’Aréopagite ou Maître Eckhart. L’idée est la suivante : Dieu est tellement grand, parfait, insaisissable et unique, qu’il ne peut être défini selon des attributs positifs. Dire : “Dieu est X”, c’est déjà se tromper par réduction. Ce que l’on peut donc faire pour en déterminer l’essence, c’est seulement dire : “Dieu n’est pas Y”. Et c’est déjà beaucoup.

On trouve chez le théologien juif Maïmonide (1138-1234) une métaphore qui illustre cette conception. Dans Le Guide des égarés (vol. I, ch. 60), il propose de définir un navire ainsi : “Suppose que ce n’est pas un minéral, pas un animal, pas un végétal vivant…” D’autres non-déterminations suivent : ni sphérique, ni plat, ni plein, etc. “Au moyen de ces attributs négatifs, l’individu sera arrivé à peu près à se figurer le navire tel qu’il est”, assure Maïmonide. Ici, la négation n’est pas une privation d’être, elle permet au contraire d’aider à en dessiner les contours. Mutatis mutandis, j’aurais tendance à appliquer ce raisonnement aux humains. Savoir qu’unetelle refuse catégoriquement de s’habiller chez Sézane ou qu’untel préfère s’épiler intégralement le corps plutôt que de rouler en Vélib’ (deux cas que j’ai rencontrés), en dit sans doute plus sur qui ils sont qu’un CV sagement déroulé.

Vous avez peut-être deviné pourquoi je vous parle de boycott, en ce vendredi 4 février. Les Jeux olympiques d’hiver de Pékin s’ouvrent aujourd’hui et j’ai décidé, certes sans mérite mais avec sincérité, de les boycotter. Pas de visionnage ni de lecture d’articles à leur sujet (et pourtant, j’adore le sport). Je regrette qu’Emmanuel Macron n’ait pas suivi les pays anglo-saxons et que la France envoie, dans cette dictature crâneuse et dévastatrice, une délégation diplomatique. Je me fiche de savoir quel impact un tel boycott politique pourrait avoir : y aller, c’est faire comme si de rien n’était. “Il faut tâcher que chaque négation soit démontrée, et il ne te faut pas te contenter de la prononcer seulement”, précise Maïmonide. Entre les persécutions contre les Ouïghours, les menaces de guerre à Taïwan, la surveillance numérique, les enlèvements ciblés et la pollution massive, une telle “démonstration” me semble vite effectuée...

 

Mais pardonnez-moi, on ne se connaît pas ! Et vous, que boycottez-vous dans la vie ? Si cette question vous parle, rendez-vous sur ce lien pour en témoigner. Nous publierons un article pour rendre compte de tous vos boycotts dans quelques jours. Au plaisir de vous lire !

À lire aujourd’hui sur
LE FIL DE PHILOMAG.COM
 

Scandale des Ehpad : comment reconnaître notre dette aux aînés ?

➤ Que l’on maltraite les personnes âgées est insupportable. Plus profondément, que leur devons-nous ? C’est la question que nous avons posée à la philosophe Nathalie Sarthou-Lajus, qui publie depuis plusieurs années une réflexion originale sur la dette, la transmission et la dépendance.

Pologne : tuer au nom de la vie ?

➤ En Pologne, la loi ant-IVG, mise en place l’an dernier par une “minorité ultra-conservatrice” en usant d’une faille constitutionnelle, a récemment provoqué la mort d’une femme de 37 ans. Enceinte de jumeaux dont l’un est décédé in utero, Agnieszka T. n’a pas pu faire interrompre sa grossesse – et elle a elle-même perdu la vie, dans des souffrances terribles. Le sociologue Jan Sowa nous révèle les dessous d’une mesure extrêmement impopulaire, où une loi censée protéger la vie, tue.

Qui veut déconstruire la déconstruction ?

➤ Dans notre revue de presse des idées de la semaine, Octave Larmagnac-Matheron fait le point sur la polémique qui agite les intellectuels français depuis quelques semaines : le courant de pensée emmené par Jacques Derrida, la déconstruction, est-il la source des excès du mouvement “woke” aujourd’hui ? Voici les arguments, pro et contra.

 ►►  SUIVEZ LE FIL  ►►

Un proche vous a fait suivre ce message ?
ABONNEZ-VOUS À CETTE NEWSLETTER
Faire suivre Faire suivre
Partager Partager
Recommander Recommander
Tweeter Tweeter
◀︎◀︎     PRÉCÉDEMMENT     ◀︎◀︎
✉︎  Recevoir :
 •  Moins de messages de notre part
 •  À une autre adresse électronique
➤ Pourquoi ai-je reçu ce message ?
✖︎ Se désabonner (de la newsletter)

❖ Philo Éditions 2022 ❖