Copy
ICA New Professionals Newsletter no. 17 - June 2021
View this email in your browser
Facebook Facebook
Twitter Twitter
Email Email
ICA website ICA website
Instagram Instagram

Lettre d’information n° 17 des Nouveaux professionnels de l’ICA

L’équipe de rédaction de la lettre d’information des Nouveaux professionnels de l’ICA vous salue et est ravie de vous proposer ce nouveau numéro !
 
Au cours des derniers mois, la promotion actuelle des Nouveaux professionnels a eu l’occasion de rencontrer « virtuellement Â» David Fricker, Président de l’ICA, Anthea Seles, sa Secrétaire générale et Normand Charbonneau, son Vice-président Programmes, ainsi que des membres des groupes d’experts de l’ICA. Ces rencontres nous ont permis de mieux comprendre le rôle et les missions de ces différentes personnes. Nous avons passé de bons moments à apprendre à nous connaître (en distanciel et en jonglant avec nos fuseaux horaires) et avons vécu des échanges passionnants sur les projets que nous comptons mener de front pendant l’année en cours. En début d’année, nous avions lancé une enquête via nos réseaux sociaux pour vous inviter à nous communiquer les thèmes que vous souhaitiez nous voir aborder, parmi les suivants : conservation numérique, militantisme archivistique, ou encore sensibilisation et visibilité. Aucun thème ne se détachant clairement des deux autres, nous avons fini par sélectionner un projet les alliant tous les trois, du moins l’espérons-nous ! Nous avons également lancé, avec une certaine réussite, notre nouveau compte Instagram et comptabilisons d’ores et déjà plus d’une centaine d’abonnés.
Dans cette lettre d’information, nous aborderons les thèmes décrits ci-après.

Faites la connaissance des Nouveaux professionnels de la promotion actuelle, découvrez leurs parcours, leurs domaines de prédilection et leurs activités. Dans ce numéro, nous vous présentons la première partie d’une série de portraits des six Nouveaux professionnels 2020/2021 : Luz Narbona (Chili) nous parle de son engagement vis-à-vis du patrimoine numérique de son pays, et Razan Ahmad (Jordanie) décrit son expérience en matière de projets de numérisation.

Nous avons le plaisir d’annoncer que, le 8 juin 2021, les Nouveaux professionnels organisent un webinaire dans le cadre de la Semaine internationale des archives. Ce sera l’occasion d’échanger sur le projet choisi par les Nouveaux professionnels, à savoir celui d’une stratégie de numérisation. Plus loin dans ce numéro, vous découvrirez comment participer à cette séance. Nous espérons que vous serez des nôtres !

Dans cette lettre d’information, Makutla Gibson vous présente un compte rendu de la deuxième conférence biennale de l’UNILISA organisée par le Département des Sciences de l’information (DoIS) de l’Université d’Afrique du Sud. Pour les représentants du secteur des Bibliothèques et de l’Information (LIS), ce fut l’occasion de participer à un débat professionnel très animé.
 
Avez-vous déjà parcouru le compte Instagram des Nouveaux professionnels? Faites notre connaissance et celle de nos mentors et découvrez tous les détails du programme. Ce compte est également utilisé pour diffuser des informations relatives à des postes à pourvoir ou à des cursus d’études doctorales du monde entier ainsi que pour vous tenir informés des progrès réalisés dans le cadre de notre projet en cours.
 
Nous vous invitons aussi à nous contacter pour présenter votre activité professionnelle, ce qui permettra à nos abonnés d’en apprendre davantage sur les diverses fonctions exercées par les archivistes et les gestionnaires documentaires. Si vous avez envie de participer à une prise de contrôle (takeover) Instagram, faites-le-nous savoir en nous contactant via l’adresse courriel officielle des Nouveaux professionnels ou via les réseaux sociaux. Nous serons heureux de vous communiquer de plus amples précisions.
 
Par ailleurs, si vous avez des questions, des idées ou des suggestions à nous transmettre, n'hésitez pas à nous contacter. Nous avons hâte de vous lire !
 
Très cordialement,
 
La promotion 2020/2021 du programme Nouveaux professionnels (Luz María, Zoe, Elisabeth, Francesca, Razan et Makutla).
 

Annonce du webinaire pour les nouveaux professionnels à la Semaine internationale des archives

A qui appartiennent les histoires que nous racontons ? Un pique-nique des Nouveaux Professionnels sur la stratégie de numérisation

We Nous (les Nouveaux Professionnels) sommes heureux d'annoncer que nous organiserons notre premier webinaire le 8 juin à 17 heures (CEST) pour célébrer la Semaine internationale des archives. L'objectif sera de présenter notre nouvelle enquête sur la numérisation avant qu'elle ne soit diffusée à l'ensemble de la communauté, et de promouvoir l'engagement et la discussion autour du sujet. Notre enquête vise à discuter de la manière dont la numérisation affecte les personnes dont nous racontons les histoires, et comment les groupes marginalisés sont souvent négligés lorsque les organisations envisagent leur stratégie de numérisation. Nous accueillerons quelques invités pour prendre part aux discussions et chacun pourra poser des questions et participer via le chat.
 
Vous pouvez trouver un lien vers notre webinaire et les autres événements organisés par l'ICA ici et nous espérons que vous trouverez le temps de nous rejoindre !

Zoom sur les Nouveaux professionnels
 

Désireux de vous aider à mieux nous connaître, à chaque numéro, deux NP se présenteront et décriront leur travail, leurs projets et leurs activités de bénévolat dans le secteur archivistique.

Luz María Narbona

Je m’appelle Luz María Narbona. Je suis titulaire d’une licence en histoire (Université du Chili), d’un master en archivistique (Archives nationales chiliennes et Université du Chili) et d’un master en histoire des sciences (Université de Barcelone).

À l’heure actuelle, je travaille sur deux projets liés aux archives. Le premier consiste à établir un diagnostic des archives des musées des sciences qui se trouvent dans l’État où j’habite. Globalement, ces institutions ne sont pas conscientes de l’importance de la documentation stockée dans leurs rayons. Nous cherchons donc à répertorier les archives historiques des musées des sciences qui pourraient venir enrichir le patrimoine scientifique chilien.
Le second projet qui m’occupe vise la création d’une archive dédiée à la spécialiste en sciences sociales Grete Mostly, chercheuse autrichienne qui, pour fuir le nazisme, s’est réfugiée au Chili en 1939. Première femme nommée à la direction du Musée d’histoire naturelle du Chili (1964-1982), elle a consacré sa vie à la valorisation de la discipline archéologique dans le pays. L’année dernière, une équipe de chercheurs a retrouvé, dans une des salles du musée, toute une partie de la documentation élaborée de son vivant par Grete Mostly. Il s’agit donc de créer un fonds documentaire rassemblant les différents dossiers de Mme Mostly pour permettre au grand public d’accéder à ces documents.

Ces deux projets sont financés à partir d’un fonds du patrimoine mis à disposition par l’État chilien. Pour bénéficier de ce fonds, nous avons dû défendre notre cause face à d’autres collègues, car nous étions convaincus de l’importance de cette documentation et de la nécessité d’en empêcher la disparition pour pouvoir la mettre en valeur et la rendre accessible. Toutefois, même si, dans mon pays, il existe quelques financements de la sorte, ils demeurent relativement rares. De très nombreux documents sont donc complètement à l’abandon. Il s’agit d’une des difficultés auxquelles nous sommes confrontés en tant qu’archivistes et d’un des défis que je suis amenée à relever : le faible soutien de la part de l’État et le défaut de sensibilisation à ces problèmes au Chili. Cette situation fait partie de nos motivations, car nous sommes conscients de l’importance sociétale des archives. Et tout cela est lié à un des aspects les plus passionnants de mon métier : sauver des archives, les valoriser et permettre aux citoyens d’avoir accès aux informations qu’elles contiennent.

Mes activités archivistiques ont également une dimension politique. Je suis bénévole au sein de deux organisations : Archivistes sans frontières (AsF Chili) et Asamblea de Archiveras y Archiveros de Chile (Assemblée des archivistes chiliennes et chiliens). Par mon implication active au sein de la première de ces organisations, j’espère contribuer à la reconnaissance de la pertinence et de la valeur des archives dans des milieux autres que les instances traditionnelles (universitaires et culturelles), en les rapprochant de la communauté, des organisations sociales et des individus. Cette année (2021), dans le cadre d’un projet financé par le FIDA (ICA), nous mettons en place un groupe de travail pour étudier la mise en œuvre de logiciels en accès libre dans le domaine de la description archivistique, les logiciels en question étant AtoM et Mukurtu. Deux experts disposant de connaissances théoriques et d’expériences reconnues dans l’exploitation de ces logiciels vont former une vingtaine de personnes œuvrant en lien avec des archives communautaires, dans le but de les aider à maîtriser ces logiciels et de les former à diffuser ensuite ces connaissances autour d’eux.

 
Razan Ahmad
 
Assistante archiviste et technicienne en archivistique au Centre américain de recherches orientales (American Center of Oriental Research – ACOR), j’étais responsable de la numérisation des fonds. J’ai eu l’occasion de numériser plus de 18 000 diapositives, dont celles de la photographe britannique Jane Taylor, du journaliste et analyste politique Rami G. Khouri, de l’officier britannique Charles Wilson et des archéologues George Bass, Robert Schick et Linda K. Jacobsa.
 
Je numérise les différents supports en respectant les normes établies. Il s’agit de maintenir le système de nommage alphanumérique des fichiers, d’ajuster les couleurs et de retoucher au besoin les images en utilisant le logiciel fourni à cette fin (par exemple : Epson Scan, Silverfast ou Adobe Photoshop). Il m’arrive régulièrement de sélectionner des images historiques à partager sur le compte Instagram du projet (@acorarchives) ainsi que sur la page Facebook et le compte Twitter de l’institution (@ACOR Jordan).
 
Je participe à la rédaction de rapports sur le travail de numérisation, rapports qu’il m’arrive de présenter lors de réunions de l’équipe archivistique. En 2018, j’étais employée en qualité d’assistante archiviste ayant pour tâche principale la préparation des supports à numériser, y compris l’étiquetage des supports archivistiques et le classement des fonds physiques en respectant les normes en vigueur au sein de l’ACOR. Je devais assurer la bonne manipulation des documents d’archives lors de tous les processus liés au nettoyage de diapositives, de négatifs, d’imprimés, de transparents, de bandes vidéo et d’autres supports, et devais également effectuer un recalibrage hebdomadaire du moniteur, du scanner et de tous les autres appareils de numérisation selon les normes en vigueur en matière d’archivage au sein de l’ACOR.
 
J’ai commencé ma carrière dans le domaine de la numérisation en 2017, en tant que stagiaire auprès des membres de l’équipe d’archivistes et de bibliothécaires. Mon rôle était alors de former les nouveaux membres de l’équipe aux techniques de numérisation des documents et autres supports d’archives et d’élaborer des manuels pour les différentes formations à la numérisation. J’ai également œuvré aux côtés des membres de l’équipe d’archivistes et de bibliothécaires sur un projet de numérisation de diapositives 35 mm, de négatifs, de bandes VSH/Betamax et de vidéos nées numériques.

J’ai assisté à de nombreux stages et webinaires dans le but de parfaire mes connaissances et d’améliorer mes compétences. Le travail d’opératrice s’est également avéré très intéressant car il me permettait de voir le passé défiler littéralement devant mes yeux. Dans ce domaine, cependant, de nombreux défis se posent. Par exemple, nous ne disposons pas de recueils de normes à remettre aux opérateurs lors de leur embauche. Il faut donc étudier de nombreux documents et poser de nombreuses questions à droite et à gauche pour trouver des solutions aux problèmes techniques rencontrés. Pour réussir la numérisation d’une seule photo sur le site de Jerash en 1976, il fallait parcourir environ 300 ouvrages.

Mon souhait serait qu’en Jordanie, de nombreuses organisations se spécialisent dans l’archivage et qu’on puisse mettre en place des procédures normalisées pour toutes les opérations nécessaires.
Opportunités professionnelles
 

Stagiaire diplômé en archivistique, Kew Gardens
 
Lieu : Londres, Royaume-Uni
Profil recherché : début de carrière, aucune qualification en matière d'archives n'est requise
Date limite de candidature : 9 juin 2021
Lien vers des informations complémentaires et vers le formulaire de candidature (uniquement en anglais)
 
Assistant archiviste, Churchill College, Cambridge
 
Lieu : Cambridge, Royaume-Uni
Profil recherché : débutants, aucun diplôme en archivistique exigé
Date limite de candidature : 11 juin 2021
Lien vers des informations complémentaires et vers le formulaire de candidature (uniquement en anglais)
 
Archiviste, Université de Stanford
 
Lieu : Californie, États-Unis
Profil recherché : Archivistes diplômé(e)s
Date limite de candidature : processus en cours
Lien vers le formulaire de candidature (uniquement en anglais)

La deuxième conférence biennale de l’UNILISA passe en mode virtuel
Makutla Mojapelo, Afrique du Sud

It Le rôle critique que joue le Service des Bibliothèques et de l’Information (Library and Information Service â€“ LIS) en tant qu’instance de recherche dans l’accomplissement des 17 objectifs de développement durable des Nations Unies est tout à fait notable. C’est d’ailleurs pour cela que le Département des Sciences de l’information (DoIS) de l’Université d’Afrique du Sud a décidé d’organiser, sous l’égide d’UNILISA, des conférences biennales à vocation internationale. Par le biais de ces conférences, le DoIS a réussi à forger des liens entre amateurs d’archives et de bibliothèques. La réussite de cette entreprise a été mise en lumière par la deuxième conférence biennale de l’UNILISA, qui a joué un rôle de catalyseur dans la définition du futur programme du Service LIS. La conférence, qui s’est déroulée du 8 au 10 mars 2021 sur le thème des « Services d’information au bénéfice d’une société durable à l’ère du désordre informationnel Â», a accueilli une quarantaine d’interventions savantes à caractère multidisciplinaire, le tout en parfaite harmonie avec la mission de l’Université d’Afrique du Sud, à savoir celle de constituer une université africaine capable de jeter les bases d’un avenir au service de l’humanité. En raison de la pandémie de Covid 19, qui a totalement bouleversé les relations professionnelles internationales, le monde doit se préparer à l’avènement des échanges virtuels et d’un mode de vie dominé par le recours au net et transitant par diverses plateformes. L’une de ces plateformes, Webinar-jam, a été utilisée pour la conférence 2021 UNILISA.  
 
Grâce au recours à Webinar-jam, l’UNILISA a pu mettre en place et développer des communautés en ligne dans le but de toucher et de recruter de nouveaux publics ainsi que d’enrichir les connaissances de ces derniers en matière d’archives et de sciences de l’information. Les institutions internationales LIS d’autres pays ont trouvé leur bonheur avec Webinar-jam, qui s’est imposé comme un modèle planétaire facilitant les échanges entre chercheurs, les relations sociales et les activités commerciales et favorisant les initiatives de formation et de partage de connaissances, quelle que soit la tranche d’âge concernée.

Se distinguant des conférences classiques avec échange de vues, celle de l’UNILISA a recueilli des réactions très positives de la part des universitaires, qui ont salué sa contribution à l’évolution de l’enseignement et de l’apprentissage. Comme d’habitude, la première journée de la conférence était réservée aux doctorants, permettant aux étudiants inscrits dans des cursus de troisième cycle de présenter l’objet de leurs études et de recevoir en direct les réactions d’un panel d’universitaires et de chercheurs de renommée mondiale.
Appel à traducteurs/trices et à propositions d’articles pour les prochaines lettres d’information

Comme toujours, le programme Nouveaux professionnels de l’ICA invite tous les nouveaux professionnels de la gestion de l’archivage ou de l’information, où qu’ils se trouvent dans le monde, à lui communiquer des articles ou de brefs récits relatifs à leur expérience ou à leurs projets en cours. L’objectif de la lettre d’information des NP ICA est de favoriser l’évolution professionnelle de tous les nouveaux professionnels en leur permettant de partager leurs informations « métier Â», leurs projets de recherche et leur vécu dans l’exécution de leurs missions en tant que professionnels de la gestion informationnelle. Il s’agit d’une belle occasion de vous faire publier, de nouer des liens avec la communauté de l’ICA et de vous entraîner à vous exprimer par écrit sur votre profession et vos idées. Cet appel est ouvert, car le choix du thème est totalement libre.
 
Qui peut envoyer des propositions ?
 
L’appel s’adresse aux membres et non-membres de l’ICA ayant moins de cinq (5) ans d’expérience dans le domaine de la gestion archivistique et/ou documentaire, dont nous accueillerons avec plaisir les propositions de contribution.
 
Présentation â€“ quelques conseils
  • Tous les articles proposés doivent être présentés au format Word
  • Longueur maximale : 500 mots
  • Langue : anglais, espagnol ou français
 
N’hésitez pas à subdiviser votre article en plusieurs parties. Des illustrations mettant vos idées en valeur seront également les bienvenues.
Toutes vos propositions sont à adresser à  newprofessionalsprogramme@gmail.com d’ici le 16 juillet 2021, au plus tard.
 
Nous avons également besoin de traducteurs/trices pour traduire nos futures lettres d’information vers le français ou l’espagnol ou pour nous assister dans le cadre d’autres projets en cours de notre côté. Cela sera l’occasion de vous impliquer dans notre programme et vous permettra de faire vos premiers pas au sein de la communauté de l’ICA. Si vous souhaitez nous prêter main forte ou si vous avez des questions concernant des propositions d’article que vous aimeriez nous soumettre, contactez-nous via Twitter, Facebook ou par courriel : voir les liens indiqués ci-dessous ou en tête de cette lettre d’information.
 
Merci de votre attention. Ne manquez pas notre prochain numéro !
Cliquez ici pour consulter les anciens numéros de la lettre d‘information.
Facebook Facebook
Twitter Twitter
Email Email
ICA website ICA website
Instagram Instagram
Copyright © 2021 New Professionals Programme , All rights reserved.

Our mailing address is:
ICA New Professionals Programme
International Council on Archives - Conseil international des Archives
60, rue des Francs-Bourgeois
Paris 75003
France


Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list

Email Marketing Powered by Mailchimp