View this email in your browser
Newsletter - November 2021 Edition

Proposed Amendments to the Fair Access to Regulated Professions and Compulsory Trades Act
 

          On October 25, 2021, the Government of Ontario introduced several important amendments to the Fair Access to Regulated Professions and Compulsory Trades Act, 2006 (FARPACTA), as part of the proposed Working for Workers Act, 2021.

          These proposed changes build upon discussions that occurred during roundtable sessions convened in the spring and summer of 2021. These meetings were co-chaired by Ontario’s Minister of Labour, Training and Skills Development, and the Fairness Commissioner.  They sessions were attended by regulators, immigrant advocates, industry leaders, settlement groups and faith-based communities.
 
          The goal of the proposed amendments is to reduce barriers that internationally trained applicants encounter in their career journeys, so that they can more easily join the profession or trade of their choice. They will also help to address current and anticipated skilled labour shortages.
 
The FARPACTA changes, if passed, would serve to:

  • Eliminate Canadian work experience requirements for professional registration and licensing unless the Minister of Labour, Training and Skills Development grants an exemption based on a demonstrated public health and safety risk.
  • Reduce duplicative official language proficiency testing, so that newcomers need not complete multiple tests for the purposes of immigration, post-secondary / bridge training and professional licencing.
  • Prescribe mandatory time limits for the completion of registration processes.
  • Enable regulators to maintain the continuity of registration during emergency situations, such as a pandemic.

The proposed amendments are enabling in nature and, if passed, would be followed by consultations with regulators and other stakeholders to develop regulations to operationalize these provisions.  Please note that the proposed changes would not apply to health colleges under the Regulated Health Professions Act, 1991.

A link to the news release and backgrounder pertaining to the proposed amendments may be found here and the bill is available here.
 
In addition, interested stakeholders may apply to appear before a committee of the legislature that will consider this bill. If you are interested in appearing, please click and register through the following link: Request to participate in committees | Legislative Assembly of Ontario (ola.org)

 

The 2020-2021 Annual Report of the Office of the Fairness Commissioner

       

          The Office of the Fairness Commissioner (OFC) recently posted its 2020-2021 annual report, entitled The Path Forward, on the agency’s web site. This report documents a tumultuous period for the registration of applicants to the professions and skilled trades, punctuated by the challenges associated with the Covid-19 pandemic.

          The report begins with Commissioner Irwin Glasberg’s message, where he offers some personal observations, discusses what he describes as the fair registration practices ecosystem and provides a snapshot of the agency’s accomplishments during this 12-month period.

          He then reviews the office’s successes and challenges and comments specifically on four longstanding issues, which involve labour market priorities and overall system coherence, the difficulty that internationally trained physicians encounter in obtaining residency positions, the intersection of technology and fair registration practices, and a more nuanced interpretation of the public interest.

          The annual report then canvasses the mission, mandate and principles which inform the work of the OFC, and comments on the compliance obligations of regulators. It then highlights the four foundational fair registration principles of transparency, objectivity, impartiality, and fairness, and elaborates of the functions of the Fairness Commissioner. The report then addresses the impacts of the Covid-19 pandemic and discusses the launch of the agency’s new risk-informed compliance framework.

          The document goes on to highlight several of the OFC’s ongoing projects, which are designed to assist regulators to comply with their legal obligations in a more effective and equitable fashion. These involve work on accountability measures for third party service providers, ways to reduce the impact of the Canadian experience requirement and the development of an inclusion and anti-racism lens for the registration of professionals and skilled tradespersons. The report concludes by summarizing the OFC’s performance measurement framework.

          Please take a moment to review our annual report which can be found here  Annual Report 2020-2021
 

Opportunities to Reduce Barriers and Improve English and French-language Proficiency Testing for Registration Purposes

 

Background 

          Most professional regulators in Ontario identify the ability to communicate effectively as a core skill that applicants must possess to practice in their chosen profession or trade in a safe and competent fashion. These requirements are worded in different ways, but they essentially mandate that applicants must demonstrate proficiency in the English or French language.
 
          James Mendel, a Compliance Analyst with the Office of the Fairness Commissioner, has worked with regulators to assess these programs for many years.  In the article that follows, James explores some of the complexities associated with these language proficiency requirements.
 
          The first point to note is that regulators typically assess language skills through such methods as the completion of an academic program, competency examinations, standardized language testing, direct communication abilities, and/or through documents that offer evidence of these skills.
 
          Generally, regulators recognize that applicants who have been educated in English-speaking countries, or who have completed relevant training programs delivered in English, will possess the requisite language skills. The Ontario College of Teachers, for example, publishes a list of countries whose residents will presumptively be deemed to meet the profession’s language requirements OCT- Language Requirement.   
 
          Regulators will, however, often require that internationally trained applicants from non-English speaking countries demonstrate proficiency in the language, by undergoing assessments that evaluate some combination of speaking, writing, listening and/or reading skills.

          While these requirements appear, on their face, to be fairly straightforward in nature, there are a number of challenges that immigrants experience based on how language proficiency testing is conceived and implemented.
 
          First, the federal government, through Immigration, Refugees and Citizenship Canada (IRCC), requires that most internationally trained applicants complete a standardized language test (the CELPIP or the IELTS[1]examination) before they can immigrate to Canada. This testing requirement is not, however, synchronized with the language proficiency requirements that professions utilize or that post-secondary institutions apply for academic upgrading.
 
          This means that newcomers will typically be required to write separate, costly and, at times, duplicative examinations during their career journeys. The uncoordinated nature of these requirements is frustrating to applicants and delays the process through which immigrants can fully integrate into the Ontario economy.
 
          Second, while some regulators have identified language proficiency standards based on rigorous review processes, in other cases, there is no clear rationale supporting specified proficiency objectives. In still other situations, academic and professional standards may be misaligned because of different communications objectives. Finally, the level of regulator transparency about the goals of such testing is sometimes insufficient to enable internationally trained applicants to fully understand the process.

          Third, there are substantial differences between regulators in terms of their expertise and capacity to directly conduct alternative, objective language proficiency assessments or evaluations. For example, only a small number of regulators make use of in-person interviews as part of their overall assessment processes. While tailored approaches such as these can provide a more holistic perspective on an individual’s communications skills, they are typically more expensive to utilize. For example, a regulator would need to establish operational and evaluation protocols and ensure that evaluators were appropriately trained.
 
          In addition, the personnel who score the clinical examinations that many regulators employ, may lack the training necessary to assess language skills. Thus, they may draw unwarranted inferences about the candidate’s language proficiency. Depending on the processes that regulators apply to their testing regimens, there may also be an enhanced risk of subjectivity or bias in language assessment that can materially impact the individual’s registration prospects.
 
The OFC’s Perspective
 
          The OFC supports efforts to harmonize language tests for both immigration and registration purposes. Such an approach exists, for example, in Australia. The new framework would, ideally, enable applicants to complete a single language assessment to meet both requirements. As a way to kickstart this conversation, the OFC encourages regulators to consider whether they could rely on the IRCC’s CELPIP or IELTS test without elevating public health or safety risks.
 
          In addition, it would be optimum if such a consolidated test could be offered to immigrants while they still remain in their home countries, where their support networks are often more robust.
 
          The OFC also encourages regulators to design their policies so that language proficiency requirements reflect the actual competencies required to practice in the profession or trade. Our office also believes that regulators should develop proficiency standards at the national level, to enable regulatory alliances and consortiums to devote the resources necessary to support this important work.
 
          We also consider it important that regulators provide full and accurate information to applicants about the level of language competency necessary to successfully complete the English and French-language testing regimen and, where available, how applicants from different countries have fared in this process. Regulators should also specifically advise applicants whether the successful completion of the IRCC test will also meet their own licensing requirements.
 
          In our view, the current language testing landscape has evolved based principally on a silo-based approach that favours institutional interests at the expense of internationally trained applicants. Given that the government has proposed legislative amendments which, if passed, would reduce duplicative language proficiency testing, this represents an optimal time to explore these issues.
 

 

[1] CELPIP – Canadian English Language Proficiency Index Program
IELTS – International English Language Testing System

 

For more information on our organization’s mandate, please check out our internet site at https://www.fairnesscommissioner.ca or contact Zalina Dusoruth at zalina.dusoruth@ontario.ca.

 
Bulletin du commissaire à l’équité – Novembre 2021
Projet de modifications à la Loi sur l’accès équitable aux professions réglementées et aux métiers à accréditation obligatoire
 
          Le 25 octobre 2021, le gouvernement de l'Ontario a déposé plusieurs modifications importantes à la Loi de 2006 sur l’accès équitable aux professions réglementées et aux métiers à accréditation obligatoire (la Loi) dans le cadre du projet de loi 27, Loi de 2021 visant à œuvrer pour les travailleurs.

          Ce projet de modifications repose sur les discussions qui ont eu lieu lors des tables rondes organisées au printemps et à l'été 2021. Ces réunions étaient coprésidées par le ministre du Travail, de la Formation et du Développement des compétences de l'Ontario et par le commissaire à l'équité. Des organismes de réglementation, des défenseurs des droits des immigrants, des dirigeants de l'industrie, des groupes de services d'établissement et des groupes confessionnels ont participé à ces séances.

          Le projet de modifications a pour but de réduire les obstacles que les candidats formés à l'étranger rencontrent dans leur cheminement de carrière, afin qu'ils puissent plus facilement intégrer la profession ou le métier de leur choix. Il permettra également de pallier les pénuries de main-d'œuvre qualifiée actuelles et prévues.

Si elles sont adoptées, les modifications apportées à la Loi permettront :
  • d’éliminer les exigences relatives à l'expérience de travail canadienne pour l'inscription et la délivrance de permis professionnels, à moins que le ministre du Travail, de la Formation et du Développement des compétences n'accorde une exemption fondée sur un risque manifeste pour la santé et la sécurité publiques;
  • de réduire le dédoublement des tests de compétence en matière de langues officielles, afin que les nouveaux arrivants n'aient pas à passer plusieurs tests aux fins de l'immigration, de la formation postsecondaire/des programmes de formation relais et de l'obtention d'un permis professionnel;
  • d’imposer des délais obligatoires pour l'achèvement des processus d'inscription;  
  • de permettre aux organismes de réglementation de maintenir la continuité de l'inscription dans des situations d'urgence, comme une pandémie.
          Les modifications proposées sont de nature habilitante et, si elles sont adoptées, elles seront suivies de consultations avec les organismes de réglementation et d'autres parties prenantes afin d'élaborer des règlements pour rendre ces dispositions opérationnelles. Veuillez noter que les modifications proposées ne s'appliqueront pas aux ordres de réglementation des professionnels de la santé aux termes de la Loi de 1991 sur les professions de la santé réglementées.

          Vous trouverez ici un lien vers le communiqué de presse et le document d'information relatifs aux modifications proposées et le projet de loi est disponible ici.
 

En outre, les parties intéressées peuvent demander à comparaître devant un comité de l'Assemblée législative qui examinera ce projet de loi. Si vous souhaitez comparaître, veuillez cliquer sur le lien suivant et vous inscrire : Demande pour faire une présentation ou pour envoyer des documents à un comité | Assemblée législative de l’Ontario (ola.org).

 

Rapport annuel 2020-2021 du Bureau du commissaire à l’équité

 
          Le Bureau du commissaire à l'équité (BCE) a récemment publié son rapport annuel 2020-2021, intitulé La voie à suivre, sur le site Web de l'organisme. Ce rapport documente une période tumultueuse pour l'inscription des candidats aux professions et aux métiers spécialisés, ponctuée par les défis associés à la pandémie de COVID-19.
         
          Le rapport commence par le message du commissaire Irwin Glasberg, dans lequel il présente quelques observations personnelles, discute de ce qu'il décrit comme l'écosystème des pratiques d'inscription équitables et donne un aperçu des réalisations de l'organisme au cours de cette période de 12 mois.

          Il passe ensuite en revue les succès et les défis du bureau et commente spécifiquement quatre questions de longue date, qui concernent les priorités du marché du travail et la cohérence d’ensemble du système, les difficultés dans l’obtention de postes de résident pour les médecins formés à l'étranger, le croisement entre la technologie et les pratiques d’inscription équitables, et l’interprétation plus nuancée de l’intérêt du public.

          Le rapport annuel passe ensuite en revue la mission, le mandat et les principes qui sous-tendent le travail du BCE, et commente les obligations de conformité des organismes de réglementation. Il souligne ensuite les quatre principes fondamentaux des inscriptions équitables, à savoir la transparence, l'objectivité, l'impartialité et l'équité, et décrit les fonctions du commissaire à l'équité. Le rapport traite ensuite de l’incidence de la pandémie de COVID-19 et discute de la mise en place d’un cadre de conformité fondé sur le risque.

          Le document souligne ensuite plusieurs des projets actuels du BCE, qui sont conçus pour aider les organismes de réglementation à respecter leurs obligations légales de manière plus efficace et plus équitable. Il s'agit notamment de travaux sur les mesures de responsabilisation des prestataires de services tiers, de la réduction de l’incidence de l’exigence en matière d’expérience canadienne et de l’intégration de la diversité et de la lutte contre le racisme dans les processus d’inscription des professionnels et des gens de métier qualifiés. Le rapport se termine par un résumé du cadre d’évaluation du rendement du BCE.

          Veuillez prendre un moment pour consulter notre rapport annuel, qui se trouve à l'adresse suivante : Rapport annuel 2020-2021
 

Possibilités d’atténuer les obstacles et d’améliorer les tests de compétence linguistique en français et en anglais aux fins de l’inscription

 
Contexte
 
          La plupart des organismes de réglementation professionnelle de l'Ontario considèrent la capacité de communiquer efficacement comme une compétence essentielle que les candidats doivent maîtriser pour exercer leur profession ou leur métier de manière sûre et compétente. Ces exigences sont formulées de différentes façons, mais elles exigent essentiellement que les candidats démontrent leur maîtrise de la langue française ou anglaise.
 
          James Mendel, analyste de la conformité au Bureau du commissaire à l'équité, travaille depuis de nombreuses années avec les organismes de réglementation pour évaluer ces programmes. Dans l'article qui suit, James explore certaines des complexités associées à ces exigences en matière de compétence linguistique.
 
          Le premier point à noter est que les organismes de réglementation évaluent généralement les compétences linguistiques par le biais de méthodes telles que l'achèvement d'un programme universitaire, des examens de compétences, des tests linguistiques normalisés et des capacités de communication directe, ou grâce à des documents qui offrent une preuve de ces compétences.
 
          En général, les organismes de réglementation reconnaissent que les candidats qui ont fait leurs études dans des pays anglophones ou qui ont suivi des programmes de formation pertinents offerts en anglais possèdent les compétences linguistiques requises. L'Ordre des enseignantes et des enseignants de l'Ontario, par exemple, publie une liste de pays dont les résidents seront présumés satisfaire aux exigences linguistiques de la profession : OEEO - Compétence linguistique.  
 
          Cependant, les organismes de réglementation exigent souvent que les candidats formés à l'étranger provenant de pays non anglophones démontrent leur maîtrise de la langue dans le cadre de tests qui évaluent une combinaison de compétences en matière d'expression orale, d’expression écrite, d'écoute et/ou de lecture.
 
          Bien que ces exigences semblent, à première vue, assez simples, les immigrants sont confrontés à un certain nombre de difficultés liées à la façon dont les tests de compétence linguistique sont conçus et mis en œuvre.
 
          Tout d'abord, le gouvernement fédéral, par l'intermédiaire d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC), exige que la plupart des candidats formés à l'étranger passent un test linguistique normalisé (CELPIP ou IELTS) avant de pouvoir immigrer au Canada. Cette exigence en matière de test n'est toutefois pas synchronisée avec les exigences en matière de compétence linguistique que les professions utilisent ou que les établissements postsecondaires appliquent pour le rattrapage scolaire.
 
          Cela signifie que les nouveaux arrivants devront généralement passer des examens distincts, coûteux et, parfois, redondants au cours de leur parcours professionnel. La nature non coordonnée de ces exigences est frustrante pour les candidats et retarde le processus par lequel les immigrants peuvent s'intégrer pleinement à l'économie ontarienne.
 
          Deuxièmement, bien que certains organismes de réglementation aient défini des normes de compétence linguistique fondées sur des processus d'examen rigoureux, dans d'autres cas, il n'existe pas de justification claire des objectifs de compétence précisés. Dans d'autres situations encore, les normes universitaires et professionnelles risquent d’être mal alignées en raison d'objectifs de communication différents. Enfin, le niveau de transparence des organismes de réglementation quant aux objectifs de ces tests est parfois insuffisant pour permettre aux candidats formés à l'étranger de bien comprendre le processus.
 
          Troisièmement, il existe des différences significatives entre les organismes de réglementation en termes d'expertise et de capacité à effectuer directement d’autres évaluations objectives des compétences linguistiques. Par exemple, seul un petit nombre d’organismes de réglementation ont recours à des entretiens en personne dans le cadre de leurs processus d'évaluation globaux. Si de telles approches sur mesure peuvent fournir une perspective plus globale des compétences en communication d'une personne, elles sont généralement plus coûteuses à mettre en œuvre. Par exemple, un organisme de réglementation devrait établir des protocoles opérationnels et d'évaluation, et veiller à ce que les évaluateurs soient formés de manière appropriée.
 
          En outre, le personnel qui évalue les examens cliniques auxquels de nombreux organismes de réglementation ont recours peut ne pas avoir reçu la formation nécessaire pour évaluer les compétences linguistiques. Par conséquent, il peut tirer des conclusions injustifiées sur les compétences linguistiques du candidat. Compte tenu des processus que les organismes de réglementation appliquent à leurs systèmes de tests, il peut également y avoir un risque accru de subjectivité ou de partialité dans l'évaluation linguistique, susceptible d’avoir une incidence importante sur les perspectives d'inscription d'un individu.
 
Le point de vue du BCE
 
          Le BCE soutient les efforts visant à harmoniser les tests linguistiques à des fins d'immigration et d'inscription. Une telle approche existe, par exemple, en Australie. Idéalement, le nouveau cadre permettrait aux demandeurs de passer une seule évaluation linguistique pour satisfaire aux deux exigences. Pour lancer cette conversation, le BCE encourage les organismes de réglementation à se demander s'ils pourraient compter sur le test CELPIP ou IELTS d'IRCC sans accroître les risques pour la santé ou la sécurité publiques.
 
          En outre, il serait idéal qu'un tel test consolidé puisse être proposé aux immigrants pendant qu'ils sont dans leur pays d'origine, où leurs réseaux de soutien sont souvent plus solides.
 
          Le BCE encourage également les organismes de réglementation à concevoir leurs politiques de manière à ce que les exigences en matière de compétence linguistique reflètent les compétences réelles exigées pour exercer la profession ou le métier. Notre bureau estime également que les organismes de réglementation devraient élaborer des normes de compétence au niveau national, afin de permettre aux alliances et aux consortiums de réglementation de consacrer les ressources nécessaires pour soutenir cet important travail.
 
          Nous estimons également qu'il est important que les organismes de réglementation fournissent aux candidats des renseignements complets et exacts sur le niveau de compétence linguistique nécessaire pour satisfaire au système de tests en français et en anglais et, lorsqu'ils sont disponibles, des renseignements sur les résultats des candidats de différents pays relatifs à ce processus. Les organismes de réglementation devraient également clairement indiquer aux candidats si la réussite au test d'IRCC permettra aussi de satisfaire aux exigences de leur propre permis.
 
          Selon nous, le système actuel d’évaluation linguistique a évolué principalement selon une approche en silo qui favorise les intérêts institutionnels au détriment des candidats formés à l'étranger. Étant donné que le gouvernement a proposé des modifications législatives qui, si elles sont adoptées, réduiront le chevauchement des tests de compétence linguistique, le moment est idéal pour étudier ces questions.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le mandat de notre organisme, veuillez consulter notre site Internet à l’adresse Accueil Accueil fairnesscommissioner.ca ou contacter Zalina Dusoruth à l’adresse zalina.dusoruth@ontario.ca.


                 
Copyright © *2021* *Office of the Fairness Commissioner*, All rights reserved.

Our mailing address is:
595 Bay Street, Suite 1201, Toronto, Ontario

Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.